Servopresse

Sur une servopresse, le coulisseau se comporte comme un axe à contrôle numérique. Ainsi, sa vitesse est définie et contrôlée à tout moment par le contrôle de la machine, tant en ce qui concerne sa valeur que sa direction de mouvement. Il est, par conséquent, possible de programmer différentes vitesses sur le parcours du chariot tout au long du cycle. Ceci permet l’optimisation des courbes de positions et de vitesse pour chacune des outils et implique d’importantes augmentations dans la production.
Un programme mécatronique incorporé au contrôle de la presse en optimise les prestations et indique les vitesses maximums de production aux paramètres choisis librement par l’usager.

Ce programme est également responsable de « l’Energy Management » ou gestion de l’énergie, grâce auquel, avec des valeurs similaires de branchement électrique au réseau à celles d’une presse conventionnelle, il est possible d’installer et de travailler avec une servopresse. Le fondement de ce système est le stockage de l’énergie dont l’origine est la décélération du coulisseau quand il atteint la zone de travail et son utilisation pour l’accélérer dans la course de montée. Le stockage d’énergie est réalisé à l’aide de moteurs à haute inertie.

La sécurité de la presse est garantie par le commande numérique et par les freins hydrauliques externes de sécurité.

Forces nominales de 1,600KN à 30.000KN.

Pour chaque pièce à réaliser, il y en a différentes dimensions de table et chariot, 2 ou 4 bielles, ainsi que les accessoires nécessaires à la réalisation et l’optimisation du processus de production.